Recruter un candidat selon ses motivations et sa personnalité n’est pas tout à fait nouveau. S’assurer de l’adéquation entre ces deux points et la culture de l’entreprise est même souvent le rôle des départements RH. Celui des managers métier sera plutôt de s’assurer des compétences brutes du candidat.

CV et recommandations ne sont pas suffisants

Les managers et recruteurs le savent bien, un CV brillant qui présente des résultats extraordinaires et de belles recommandations Linkedin ne sont pas un gage de réussite. Le CV et les recommandations sont des outils de vente souvent faussés par le contexte : faire 10% de croissance parce que l’usine concurrente a fermé suite à un incendie, cela ne démontre pas des capacités de gestion hors-normes. Pourtant, sur le papier, c’est très impressionnant.

Ce qui est nouveau, c’est le recrutement sur motivation et personnalité uniquement. Oui, vous nous avez bien lus. De nouveaux métiers surgissent chaque année, prévoir avec exactitude l’avènement ou la perte de vitesse d’une technologie est impossible, et exercer plusieurs activités en parallèle n’est plus exceptionnel (même en France).

Aussi, pour les nouveaux métiers du numérique comme growth hacker ou inbound marketer, il n’existe que très peu de formations. Et pour cause, ces métiers n’existaient pas il y a 5 ans ! Les personnes qui exercent ces métiers aujourd’hui se sont formées sur le tas. Pour un développeur, apprendre à apprendre devient plus important qu’apprendre un langage qui perdra peut-être en vitesse et en valeur d’ici 2 ou 3 ans.

Un défi pour les métiers de l’industrie

Les entreprises du numérique s’adaptent plutôt bien aux évolutions technologiques et font évoluer les modes de travail de concours (équipes à distance, travail en coworking, journées dédiées à une activité annexe). Ils adaptent également les modes de recrutement (questionnaire Assess First pour recruter sur motivation ou capacité à monter rapidement en compétences, école Rocket School pour former aux métiers du numérique en alternance).

Pour les secteurs industriels, frappés de plein fouet par les mutations liées à l’industrie 4.0, la transition peut être plus difficile. Les métiers ne sont pas « natifs » du numérique mais se transforment du fait de l’arrivée de la cobotique ou de la réalité augmentée. Plusieurs solutions s’offrent aux dirigeants d’équipes de techniciens industriels :

  • Recruter de nouveaux collaborateurs sur motivation et capacité d’apprentissage
  • Former les équipes internes à l’aide d’un cabinet externe ou d’un manager de transition

Dans tous les cas, à mode de travail différent, recrutement différent. Vous êtes dirigeant ou manager et devez recruter sur ces nouveaux métiers ? Pas de panique. Il existe de nombreux outils pour vous aider, de plus en plus pertinents sans être forcément trop coûteux. Vous pouvez aussi vous tourner vers un réseau de recrutement comme le nôtre pour obtenir des conseils sur les processus de recrutement, connaître les tendances de travail sur votre marché et recruter efficacement.