De nombreux acteurs du recrutement s’accordent à dire ces dernières années que le CV est mort (pour les plus radicaux) ou voué à mourir rapidement (pour les indécis). Après tout, quand on est à un swipe de rencontrer son ou sa partenaire de vie et à trois clics d’un changement de vie pour aller soigner des dauphins en Nouvelle-Zélande, passer des heures à rédiger un CV digne de ce nom et une lettre de motivation semble très passéiste.

Mais derrière des titres de tribunes un peu racoleurs qui annoncent avec fracas que le CV est mort ce soir, la réalité est tout autre. Si Kudoz a fait le buzz à l’époque pour son application de recrutement révolutionnaire, elle se basait en fait toujours sur… Un CV. En effet, avant de swiper ses offres d’emploi, encore faut-il que l’algorithme fasse le lien entre le parcours du candidat et les offres disponibles. Pour cela, il faut bien connaitre le parcours du candidat. Ce dernier doit donc d’abord indiquer ses diplômes, remplir ses champs de compétences, ses souhaits pour l’avenir dans l’application. Rédiger son CV, en somme.

« Mais non ! Il suffit de cliquer sur un bouton qui redirige vers notre profil Linkedin, l’application ira automatiquement chercher les informations » diront les fans. Mais encore faut-il avoir correctement rempli son CV en ligne profil Linkedin et l’avoir mis à jour.

Bref, vous l’aurez compris, le CV n’est absolument pas mort. En revanche il prend d’autres formes et s’utilise autrement.

Les nouvelles formes de CV

Les parcours des candidats étant de moins en moins linéaires, le CV ne pouvait toutefois plus se contenter de quelques bullet points les uns à la suite des autres. Il a dû suivre les évolutions des process de recrutement.

Il y a dix ans, un « trou » dans un CV était inenvisageable et assurait au candidat d’être écarté. Aujourd’hui, de nombreuses activités sont considérées comme enrichissantes professionnellement, même si elles ne consistent pas à être au bureau de 9h à 18h. L’entreprenariat, le freelancing, la réalisation de reportages à travers le monde sont des activités valorisantes et valorisées. Les soft skills prennent le dessus sur les compétences brutes. Mais elles sont difficiles à promouvoir sous forme de lignes écrites noir sur blanc dans un PDF. On voit alors apparaître les CV vidéo, portfolios, blogs personnels, prismes… Recruteurs, n’hésitez pas à vous appuyer sur ces outils.

L’utilisation du CV

Contre toute attente, les parcours variés voire difficiles à suivre permettent d’éviter des erreurs de recrutement. Un candidat qui a exploré plusieurs modes de travail, plusieurs secteurs, sera davantage sûr de ses choix professionnels. Le CV est donc utilisé autrement par les recruteurs : il devient un passeport d’entrée contenant les informations essentielles pour accéder à l’entreprise. Point de textes à rallonge sur le pourquoi du comment le candidat serait parfait pour le poste et rêverait de l’entreprise concernée depuis ses premiers pas : cela ne trompe plus les recruteurs. C’est le premier échange téléphonique avec le candidat qui fera foi.